Penthésilée

de Heinrich Von Kleist

2015

A propos

 

Sur un champ de bataille éloigné de Troie, dans l’exaltation du sang et la nuit des combats, deux héros s’éprennent. Achille et Penthésilée, brûlant tous deux d’un même désir fatal, se heurtent avec toute la puissance de leur corps – se heurtent jusqu’à se briser. Course chaotique de comète, cette pièce nous entraîne jusqu’à la frontière de ce qui définit ou non l’homme. Loin d’une méditation c’est dans la fièvre et le fantasme qu’avec Kleist nous entendons nous plonger.

 

Le décors, champs de bataille mythique, joue comme un ring. Tout autours, la technique, la modernité, des corps en attente de la bataille, sur le ring, un espace imaginaire, onirique, une sorte de no man's land dont la structure, inspirée des sculptures d' Anthony Caro vient comme une lame tranchante.

Distribution

Mise en scène Maëlle Dequiedt

Adaptation Maëlle Dequiedt et Pierre Chevallier

Dramaturgie Pierre Chevalier

Scénographie Oria Steenkiste

Costumes Cécilia Galli

Plateau Fernando Alberto

Son Marie Bonnemaison

Lumières et régie générale Laurence Magnée

Avec Eleonore Auzou-Connes, Nassim Byoud (percussions), Adam Caspar (guitare), Romain Darrieu, Johanna Hess, Florent Lacombe (didgeridoo), Emma Liégeois, Thalia Otmanetelba, Blanche Ripoche, Adrien Serre


Crédits photographiques © Benoît Limbert

Un champs de bataille mythique, immense, brut, sauvage.  La scène conçue comme un territoire métaphorique. Une lame plantée dans le sol, trace archéologique de ce lieu abîmé par la guerre,  la démesure du mythe, la violence du combat. Ici, l'arme est la musique. La seule arme acérée, réelle serait cette sculpture-relique, monumentale qui comme un sillon fend la peau de ces plaques géologiques. La croûte terrestre contre le métal rouillé…. Et le vide. Le silence….